Lexique

Banc : couche naturelle de roche se terminant au-dessus et au-dessous par une séparation nette. C’est la plus petite subdivision du terrain.

Barbacane : Tube crépiné placé perpendiculairement à un ouvrage de soutènement en vue de drainer les eaux d’infiltration à l’arrière de l’ouvrage pour éviter sa mise en charge.

Boulons : Ouvrage de renforcement suspensif de la masse rocheuse permettant de stabiliser des blocs potentiellement instables.

Bourrage : Remblais mis en place dans une carrière souterraine pour combler les vides ou stocker les déchets de taille sans avoir à les remonter.

Calcarénite : roche carbonatée formée de plus de 50 % de grains de taille comprise entre 0.063 et 2 mm.

Calcareux : qui contient du calcaire.

Camarteaux : soutient du ciel d’une cavité en mauvais état par création d’appuis. Ces appuis sont constitués par des empilements de bastaings par exemple.

Cavage : Cavité souterraine creusée par l’homme.

Cheminée : Puits creusé depuis la surface jusqu’à la carrière pour ventiler.

Cherts : mots anglais – variété de calcédoine foncée constituée de nodules ou de lits que l’on trouve habituellement dans la craie et à laquelle on réserve le nom de silex. Ils sont constitués d’une masse centrale d’aspect corné entourée d’une mince croûte.

Ciel : banc rocheux laissé au toit d’une carrière formant sont plafond naturel.

Ciel tombé : chute de blocs issus du banc de ciel. Ce phénomène préfigure l’amorce d’une cloche de fontis.

Coursoir : couloir et cour d’accès aux caves.

Craie : Roche sédimentaire organogène tendre, traçante, poreuse et friable, de couleur blanc jaune à gris. La stratification n’est généralement pas visible. Il s’agit d’un calcaire marin très dur, formé de calcite composé principalement de squelettes d’organismes englobés dans une boue calcaire à grain fin.

Défaut de masse : Cavités ou puisard remplis de matériaux terreux, inclusion de marne ou d’argile dans la masse rocheuse.

Défruitement : rapport de la surface des vides à la surface totale d’une cavité souterraine.

Délitage : débit d’une roche en minces feuillets, lames ou plaquettes.

Ecaillage : Détachement de plaques rocheuses de la paroi d’une galerie ou d’une tranchée sous l’action de la décomposition du massif rocheux.

Entrée en cavage : entrée d’une carrière à flanc de coteau.

Eocène : Etage géologique de l’ère Tertiaire (-53 à -34 millions d’années).

Fontis : Effondrement d’une galerie souterraine naturelle ou artificielle.

Faille : Lorsqu’elles sont soumises à de fortes sollicitations mécaniques (forces tectoniques, flambage, fortes charges pondérales), les roches, matériaux rigides et cassant par excellence, se déforment peu. Elles se fissurent puis finissent par rompre. Si les sollicitations mécaniques se perpétuent, les deux compartiments rocheux séparés par une surface de rupture continuent de s’éloigner l’un de l’autre. Pour désigner cette surface de rupture caractérisée par le déplacement relatif des deux compartiments, les géologues utilisent le terme de faille.

Fissuromètre : c’est un dispositif permettant de mesurer l’écartement d’une faille. Il se présente sous la forme d’une tige de verre ou d’une réglette scellée sur les deux compartiments d’une faille.

IPN : profilé métallique destiné à soutenir une charge.

Induré : se dit d’un horizon continu qui ne se brise qu’au marteau ou à la barre à mine.

 

Inocérame : qui contient des fossiles d’un coquillage marin bivalve ressemblant à une huître.

Karst : vide en profondeur d’un massif rocheux induit par la dissolution progressive du carbonate de calcium contenu dans les roches carbonatées par l’infiltration des eaux météoriques.

Lacustre : dépôt en eau douce.

Lierne : cadre métallique faisant office de butons dans le cadre de travaux de soutènement.

Marneux : qui contient un mélange naturel d’argile et de calcaire.

Micacée : qui contient du mica.

Mur : Limite inférieure d’un banc ou d’une exploitation.

Nodule : concrétion pierreuse qui se rencontre en roche tendre, généralement calcaire.

Pédologie : Branche de la géologie appliquée qui étudie les caractères chimiques, physiques et biologiques, l’évolution et la répartition des sols.

Pénéplaine : C’est une surface topographique de grande dimension à peu près plane, parcourue par des cours d’eau à faible pente, qui résulte de l’action prolongée de l’érosion et en constitue le stade final en l’absence de rajeunissement du relief.

PER : Plan d’Exposition aux Risques.

PLU : Plan Local d’Urbanisme.

PPR : Plan de Prévention des Risques.

Puits d’aérage : Puits, généralement de petit diamètre créant avec d’autres puits un courant d’air destiné à ventiler une carrière.

Puits d’extraction : Puits de diamètre important servant à la remontée de blocs.

Purge : Action d’évacuer les éléments rocheux instables d’une voûte ou d’une paroi.

Recouvrement : Ensemble des terrains rencontrés au-dessus d’une carrière.

Sénonien : Etage géologique terminal de l’ère secondaire (-85 à -65 millions d’années).

Surrection : Soulèvement progressif, pendant une assez longue période, des terrains d’une certaine zone.

Soutènement : Ouvrage destiné à soutenir des terres.

Talutage : remodelage de la pente des terrains.

Tirants d’ancrage : sorte d’inclusion servant à renforcer la masse rocheuse et constitué d’une armature scellée au massif de terrain reprise au niveau de la masse par plaques et écrous. Cet élément fait partie de la famille des renforcements suspensifs.

Toit : Synonyme de ciel de carrière ou masse supérieure d’une exploitation souterraine.

Tréfonds : Sous-sol possédé comme un fonds.

Turonien : Etage géologique de l’ère secondaire (-92 à -88 millions d’années).

Usucapion : Prescription acquisitive.

Versant : Le versant caractérise une surface topographique comprise entre le sommet d’un relief et le thalweg voisin. Le terme « versant » est également utilisé au sens large pour désigner une des pentes générales d’une chaîne. Les diverses formes des versant d’Indre et Loire (planes, concaves vers le haut, convexes, abruptes) sont principalement sculptées par l’érosion éolienne ou fluviatile.